Deuil dans le judaïsme

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2018

Sommaire

Chaque religion recommande des rituels pour le défunt et les endeuillés.

Dans le judaïsme, ceux-ci sont très codifiés mais n'obéissent qu'à deux objectif, honorer la mémoire du disparu et consoler. Le point dans cette astuce.

Deuil dans le judaïsme : gestes rituels précédant l'enterrement

Avant un enterrement juif, plusieurs règles doivent être observées : 

  • Une veilleuse doit être allumée.
  • Les fils, voire les filles du défunt, récitent le kaddish (prière en araméen).
  • Les miroirs sont recouverts d'étoffes.
  • Les proches visitent la famille et sont à l'écoute de sa douleur.
  • Si le défunt est gardé à son domicile, il est veillé jour et nuit.
  • Jusqu'à l'enterrement, les endeuillés ne consomment pas de viande ou de vin (sauf pour Chabbat, les coutumes du Chabbat primant sur celle du deuil).

Déroulement d'un enterrement juif

L'enterrement d'une personne de confession juive a lieu dans les 3 jours suivant son décès :

  • La simplicité est de rigueur pour le défunt comme pour la réception.
  • Un cercueil dans un bois simple sera choisi.
  • Le défunt, après avoir bénéficié des rites de purification, sera habillé d'un vêtement blanc en lin ou en coton, et son visage sera recouvert d'un drap.
  • Ses proches jetteront trois poignées de terre sur son cercueil, symbole du retour à la terre et du deuil.
  • Un vêtement des enfants, parents, frères, sœurs et époux sera déchiré, symbole de la douleur et de la perte.
  • Un kaddish exclusif pour l'enterrement sera récité.
  • Pour la réception, des lentilles et des œufs seront servis, symboles de renouveau. Il est également d'usage de partager un verre de vin, en signe de consolation.

Deuil dans le judaïsme : après l'enterrement 

Shiva 

Le jour de l'enterrement, et les six jours qui le suivent, sont appelés Shiva. Durant cette période, il est coutume de :

  • ne pas sortir de chez soi durant ce temps ;
  • réciter le kaddish chaque soir ;
  • ne pas faire preuve de vanité (vêtements repassés ou neufs, coupe de cheveux ou rasage par exemple) ;
  • et d'éviter les rapports conjugaux.

Les proches peuvent être reçus, surtout qu'il est recommandé de dire le kaddish chaque soir. Toutefois, les fêtes et les distractions sont à proscrire. 

Sheloshim 

Ce sont les trente jours qui suivent l'enterrement, et qui correspondent à un deuil du second degré :

  • La fête continue d'être proscrite, et le kaddish doit être récité quotidiennement.
  • À l'issue de cette période, une cérémonie commémorative est organisée.

Shana 

L'année qui suit le décès, les enfants du défunts continuent d'être en deuil :

  • Ils disent le kaddish tous les jours, et évitent les trop grandes démonstrations de joie lors des fêtes.
  • Au bout des douze mois aura lieu le Jarzheit, c'est-à-dire l'anniversaire du décès. Il sera ensuite commémoré chaque année.

Pour approfondir

Obsèques

Obsèques : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour faire les bons choix
  • Des conseils sur les démarches, l'organisation et le financement
Télécharger mon guide